10 FREINS À LA PERTE DE POIDS

FREINAGEIl arrive que la perte de poids ne se mette pas en route malgré le respect de tous les conseils alimentaires prodigués. On peut alors chercher une cause parmi les différents facteurs de résistance à l’amaigrissement.

  1. Le manque de sommeil

La conséquence : un sommeil de mauvaise qualité génère une perturbation de la synthèse des hormones régulant la faim. Lorsque le sommeil n’est pas réparateur, les sensations de faim sont majorées. De plus le manque de sommeil génère à long terme une intolérance aux glucides (ou pré-diabète) expliquant également la résistance à la perte de poids.

La solution : s’orienter vers un travail comportemental associé à un traitement de médecines douces (phytothérapie, aromathérapie, homéopathie…)

manque de sommeil

  1. Le stress

La conséquence : un stress répété entraîne des perturbations métaboliques comme par exemple une production accrue de cortisol (hormone favorisant le stockage des graisses).

La solution : s’orienter vers des techniques de relaxations (méditation, sophrologie…)

stress

  1. L’excès de café

La conséquence : une consommation modérée de café aurait des effets bénéfiques sur la santé (baisse du risque de développer maladies cardiovasculaires ou diabète type 2).
A l’inverse, au-delà de 5 tasses par jour, le café entraîne la rétention de graisse dans leurs cellules, un degré plus fort d’intolérance au glucose et une importante résistance à l’insuline.

La solution : limiter la consommation à 3 à 4 tasses par jour.

excès de café 

  1. Les carences physiologiques

 

  • Le fer

 

La conséquence : le fer est indispensable à la synthèse des neurotransmetteurs dont la dopamine (le neurotransmetteur de la motivation) Les personnes carencées en fer ont plus de risque d’abandonner par démotivation.
La solution :
faire doser les réserves en fer (ferritine) et adapter les conseils alimentaires au besoin dans ce sens.

 

  • Les oméga 3

 

La conséquence : les oméga-3 sont des acides gras essentiels (AGE). Ils favorisent entre autre la mise à disposition des graisses pour fournir de l’énergie. Ils augmentent également le métabolisme de base. Une carence en AGE au profit des graisses saturées favorise donc à l’inverse le stockage des graisses.
La solution :
favoriser une consommation régulière de poissons gras (sardines, thon, saumon, maquereaux) et d’huile riche en oméga 3 (colza, noix, lin)

 

  • Le tryptophane

 

La conséquence : le tryptophane est un acide aminé nécessaire à la synthèse de sérotonine, neurotransmetteur indispensable à la sérénité. Un déficit entraîne irritabilité, compulsions sucrées et mauvaise humeur.
La solution :
rechercher une éventuelle constipation chronique, une consommation régulière de médicaments ou des privations alimentaires répétées, qui peuvent engendrent un déficit en tryptophane.

les carences physiologiques

  1. La ménopause

La conséquence : Le métabolisme de base baisse, entraînant une augmentation de la masse graisseuse notamment au niveau de l’abdomen. On observe également souvent une résistance à l’insuline due aux changements hormonaux.

La solution : diminuer le sucre et les féculents ou pains « blancs », augmenter l’apport en fibres et en protéines pour renforcer la satiété, adapter les quantités et mettre en place une activité physique régulière.

Frau mit Hitzewallung

  1. L’hypothyroïdie

Les symptômes :

– frilosité

– prise de poids

– difficultés à maigrir

– déprime, anxiété, léthargie

– irritabilité

– fatigue chronique, trouble du sommeil

– syndrome prémenstruel +/- sévère

– cheveux ternes, chute de cheveux

La conséquence : La glande thyroïde est la « chaudière » de notre corps dont elle gouverne le métabolisme. Lorsqu’elle travaille au ralenti, il en est de même pour tout l’organisme, les calories moins brûlées sont stockées.

La solution : s’orienter vers une consultation médicale (prise de substituts d’hormones thyroïdiennes)

Pour aller plus loin : favoriser les aliments iodés, dont la carence est fréquente (crustacés, poissons, algues sèches ou fraîches) et limiter les aliments qui freinent la synthèse d’hormones thyroïdiennes (produits laitiers de vache dans certains cas, aliments au soja et crucifères)

hypothyroïdie

  1. Le manque d’activité physique

 

La conséquence : les apports sont supérieurs aux
dépenses et l’énergie non dépensée est stockée
sous forme de graisses.

La solution : pratiquer une activité régulière, saisir
toutes les occasions du quotidien pour bouger !

manque d'activités physiques

  1. L’aspect psychologique

La conséquence : Les freins psychologiques sont nombreux (histoire familiale, réconfort alimentaire, rapport à l’image corporelle…). Ils agissent sur l’inconscient en rendant la perte de poids plus difficile.

La solution : s’orienter vers un soutien psychologique ou comportemental.

Unhappy woman sitting on the couch

  1. La restriction excessive

La conséquence : La faim n’est plus satisfaite, les tensions s’accumulent et les pensées autour de l’alimentation augmentent. On entre alors dans un conflit corps/tête avec augmentation de l’impulsivité alimentaire et des pertes de contrôle (compulsions, grignotage…). De même, l’interdiction catégorique d’un aliment tabou à tendance à long terme à augmenter l’envie de cet aliment.

La solution : ne pas entrer dans ce conflit en respectant les besoins de son organisme, avec comme objectif une perte de poids en se modérant mais sans frustration.

compulsions restrictions

  1. L’accumulation de régimes

La conséquence : le métabolisme de base est modifié en profondeur et l’organisme, bouleversé par les privations répétitives, met en place un mécanisme de survie. Il aura
tendance à stocker dès qu’il sera approvisionné en énergie en vue des prochaines périodes de restriction.
accumulation de régimes

 

La solution : réapprendre à mieux manger et abandonner les régimes privatifs.

 

 

 

Sources :

http://dietetique.over-blog.com/article-la-resistance-a-l-amincissement-90269855.html
http://coachdietetique.canalblog.com/archives/2013/10/07/28164932.html
http://www.atlantico.fr/atlantico-light/cafe-boire-5-tasses-jour-favorise-prise-poids-740882.html

Pour aller plus loin :

l’insatisfaction corporelle, combat ou acceptation?

Le plein de sérotonine dans l’assiette

La restriction cognitive

La cohérence cardiaque

 

Commentaires